Des carrés et des ronds (partie 1/3 : Fukuoka)

A partir d’aujourd’hui et pour les 2 prochains articles, je vous propose une petite série abstraite qui nous emmènera dans trois villes japonaises afin d’étudier les particularités des plaques ornées de motifs géométriques, assez différents de ce qu’on peut trouver sur les habituelles plaques figuratives et plus difficiles à interpréter même s’ils ne sont pas dénués de sens pour autant.

Premier arrêt de cette promenade abstraite à travers le Japon, l’île de Kyûshû et plus précisément la ville de Fukuoka !

Quand les formes nous parlent

Pour commencer, je vous invite à trouver les différences entre ces deux plaques en faisant coulisser le curseur horizontalement.

Plaque de Fukuoka d'avant 2006 car elle présente un triangle dans sa partie gauchePlaque de Fukuoka à partir de 2006 car elle présente un triangle découpé en 9 petits triangles dans sa partie gauche
Plaques vues à Fukuoka : datant d’avant 2006 à gauche / datant d’après 2006 à droite

Ces deux photos représentent un ancien et un nouveau modèle de plaques de regard de chaussée que vous croiserez dans la ville de Fukuoka. Si elles sont globalement similaires, les deux différences qui nous intéressent sont l’anneau en pointillé qui ceinture la plaque et le grand triangle isocèle situé dans la moitié gauche.

Le triangle inversé

La présence de ronds ou de carrés sur le pourtour de la plaque n’est pas liée à son année de production. L’utilisation de ces symboles n’a en effet pas changée depuis l’adoption du design de ces plaques, entre 1990 et 1991. Les ronds signifient que la plaque permet d’accéder au réseau des eaux usées, tandis que les carrés signifient qu’elle permet d’accéder au réseau des eaux pluviales.

Le triangle isocèle qui pointe vers le bas de la plaque apparaît unique et plein sur les plaques datant d’avant 2006, année à partir de laquelle il a été décidé de le scinder en neuf petits triangles isocèles. Selon certaines sources, ce triangle indiquerait le sens d’écoulement de la canalisation sur laquelle il se trouve.

Maintenant que nous avons étudié les deux différences qui existent entre ces deux plaques, nous allons nous pencher sur la signification des autres formes qui y sont représentées. Comme nous avons déjà pu l’observer dans nos précédents articles, on retrouve souvent les emblèmes des villes sur les plaques de regard de chaussée japonaises.

Les emblèmes de Fukuoka

Je me suis donc demandé si ces formes abstraites pouvaient représenter les différents emblèmes de Fukuoka, à savoir la rose confédérée (Hibiscus mutabilis ; fuyô, フヨウ) et le camélia d’automne (Camellia sasanqua ; sazanka, サザンカ), fleurs emblématiques choisies par la population en 1979 et le bruant à longue queue (Emberiza cioides ; hoojiro,ホオジロ) et la mouette rieuse (Larus ridibundus ; yurikamome, ユリカモメ), oiseaux emblématiques, choisis quant à eux en 1989. Je n’ai toutefois trouvé aucune information à ce sujet.

De la même manière, je me suis demandé si les cinq ronds alignés verticalement en haut à droite et les cinq rectangles qui s’étirent sur leur droite pourraient schématiser l’un des ports de la ville ou si certaines formes étaient supposées représenter des îles de la baie de Fukuoka, mais là encore aucun document n’en témoigne.


D’après les explications du service de traitement des eaux, le design original de ces plaques a été sélectionné par la population de la ville parmi 735 propositions reçues lors d’un appel à participation ouvert au public pour commémorer le million d’usagers du service des eaux de Fukuoka atteint en mars 1990. Les propositions figuraient des oiseaux, des yachts, des vues de la ville et d’autres éléments emblématiques, mais c’est ce design qui a été retenu car il représentait “le dynamisme et l’énergie de la ville et de sa population”.

En conclusion, ce design conserve une part de mystère qui invite à diverses interprétations. D’ailleurs, pour rester sur cette idée de mystère, à la différence d’autres plaques où figure le nom ou le logo de leur ville, aucune inscription sur ces plaques ne laisse présager qu’elles sont celles de Fukuoka. Enfin presque, car il est possible qu’un petit indice apparaisse tout de même sur les plaques datant d’après 2006.

Les chevrons de Fukuoka

Pour mieux comprendre en quoi consiste cet indice, il nous faut d’abord nous pencher sur le bouchon d’accès ci-dessus, où figurent des hybiscus mutabilis et surtout le logo de la ville de Fukuoka (Fukuoka-shi, 福岡市).

Ce logo a été choisi en octobre 1909. Il est composé de neuf chevrons et repose sur un jeu de la langue japonaise. En effet, comme nous l’avions vu lors de notre escapade à Kusatsu, en jouant avec les prononciations et la représentation graphique des chiffres et des syllabes il est possible de créer des messages codés ou des motifs particuliers. Ici, les chevrons dérivent de la forme du katakana “fu” (フ). Au total, nous pouvons compter 9 “fu”. En japonais, le chiffre 9 peut notamment se lire “ku”.

Ce logo contient donc les syllabes “fu” et “ku” qui correspondent phonétiquement à la lecture du kanji 福 (fuku), le premier kanji de Fukuoka. A partir de ces 9 chevrons, c’est à dire de ces 9 “fu”, trois losanges derrière lesquels on devine un triangle équilatéral ont été formés pour composer ce logo dont l’aspect n’est pas sans rappeler certains emblèmes héraldiques japonais.

Personnellement, je vois dans la division en 9 petits triangles du grand triangle plein de notre première plaque un clin d’œil au logo de la ville, comme une façon de moderniser le design tout en l’enrichissant d’un élément symbolique. Qu’en pensez-vous ?

Pour les amoureux de Fukuoka

Design des 51 plaques de la ville de Fukuoka disposées à l'occasion du projet "Fuku koi Manhole" en 2018. Ce design reprend celui de 2006 en y ajoutant un c
Ill.1 Design des plaques de Fukuoka du projet “Fuku51 Manhole”, 2018

En parlant d’ajout symbolique, quand vous sillonnerez la ville vous aurez peut-être la chance de croiser des plaques ornées d’un cœur. En effet, dans le cadre du projet “Fuku51 Manhole” pour commémorer le trentième anniversaire de ce design, 51 plaques spéciales ont été placées dans des sites chers aux habitants. Le nom du projet (à lire : “Fuku koï manhole”) joue sur la prononciation des chiffres 5 et 1 et également sur l’homophonie entre les mots “Viens !” ou “Venez !” (koi, 来い) et le mot “amour” (koi, 恋) . Une chouette manière de célébrer la ville et ses lieux les plus appréciés !

Vous en savez désormais un peu plus sur ces plaques et en attendant de partir à leur recherche, je vous invite à me suivre vers la deuxième partie de ce triptyque.


Sources et ressources

Photos : Perce-image
Illsutration 1 : Ville de Fukuoka

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.