Beppu, la ville des fleurs

Sur la plus grande île occidentale de l’archipel japonais, la ville de Beppu (Beppushi, 別府市) est réputée pour ses sources chaudes mais, compte tenu des plaques qui parsèment sa chaussée, elle mériterait d’être appelée la ville des fleurs.

Localisation de Beppu à Kyûshû

En effet, au Japon, il est de coutume pour une ville d’avoir une fleur emblématique, mais alors pourquoi trouve-t-on une vingtaine d’espèces de fleurs différentes représentées sur les plaques de regard de chaussée de la ville de Beppu ?

Plaque d'incendie de Beppu
Photo 1 : Plaque de bouche d’incendie

La fleur de Beppu

Premier exemple, sur cette plaque de bouche d’incendie (photo 1) que l’on reconnait grâce au cartouche dans sa moitié droite et à la peinture jaune tout autour d’elle, on voit deux grandes fleurs roses. Ce sont des fleurs de rhododendron oomurasaki (Ômurasaki, オオムラサキ), la fleur emblématique de la ville depuis 1973. On retrouve naturellement cette fleur sur d’autres plaques ou bouchons (photos 2 et 3).

Cependant, en parcourant les rues de Beppu, on trouve une douzaine de plaques sur lesquelles on trouve d’autres fleurs. Ces plaques (photos 5 à 16) appartiennent à la même série que celle aux tsutsuji (photo 3). Elles partagent la même composition graphique avec au centre l’ancien logo de l’office du tourisme qui reprend la première syllabe du nom de la ville (Be, べ). Autour de ce logo, des fleurs. Puis en bordure, en haut, la transcription en japonais du surnom Flower City (Furawâ shiti, フラワーシティ) et le nom de la ville en lettres capitales (BEPPU), le reste de la bordure est occupé par deux tiges de bambou incurvées. Ces deux tiges sont séparées en bas par un caractère indiquant le type de canalisation qui se trouve sous la plaque : un “U” (う) pour le réseau pluvial (usui,うすい), ou un “O” (お) pour le réseau d’eau usée (osui, おすい).

Une année à Beppu

Les autres plaques de cette série sont divisées en deux dans le sens de la hauteur. Sur chaque moitié, une espèce de fleurs est représentée. Leurs noms sont inscrits sous chaque illustration tandis qu’un nom de mois est indiqué en haut de l’axe médian. Comme on pouvait s’y attendre, il y a douze modèles et chaque modèle existe en version monochrome et en version polychrome.

Janvier

Plaque de Beppu les fleurs de janvier

Sur la plaque de janvier (ichigatsu, 1月) nous voyons à gauche des fleurs de chimonanthus praecox (rôbai, ロウバイ), un arbuste qui fleurit en hiver, et à droite des soucis (kinsenka, キンセンカ) connus pour résister au froid de l’hiver. (Photo 4)

Février

Plaque de Beppu les fleurs de février

Sans surprise, nous continuons avec février (nigatsu, 2月). Sur cette plaque se trouvent des fleurs de prunus mume (ume, ウメ), ces petites fleurs à cinq pétales ronds souvent confondues avec les fleurs de cerisiers. À droite, ce sont des narcisses (suisen, スイセン) dont l’espèce japonaise fleurit de janvier à février, alors que l’espèce occidentale fleurit de mars à avril. (Photo 5)

Mars

Plaque de Beppu les fleurs de mars

Pour le mois de mars (sangatsu, 3月) et le printemps on trouve des fleurs de pêcher (momo, モモ) et des pensées (panjî, パンジー) qui fleurissent à cette époque de l’année. (Photo 6)

Avril

Plaque de Beppu les fleurs d'avril

Quatrième mois de l’année, les fleurs d’avril (shigatsu, 4月) sont les tant attendus fleurs de cerisiers (sakura, サクラ) et les tulipes (chûrippu, チューリップ). (Photo 7)

Mai

Plaque de Beppu les fleurs de mai

En mai (gogatsu, 五月) nous retrouvons les fleurs de rhododendrons (tsutsuji, ツツジ) à gauche, et des phlox subulata (shibazakura, シバザクラ) à droite. (Photo 8)

Juin

Plaque de Beppu les fleurs de juin

Avec l’été et le mois de juin (rokugatsu, 6月), nous passons à l’ombre avec les hydrangea macrophylla ou hortensias (ajisai, アジサイ), pendant que les marguerites (mâgaretto, マーガレット) fleurissent dans les champs. (Photo 9)

Juillet

Plaque de Beppu les fleurs de juillet

En juillet (shichigatsu, 7月), on continue la liste des arbres et arbustes avec, à gauche, avec les fleurs d’hibiscus syriacus (mukuge, ムクゲ). Tandis qu’à droite on retrouve une plante herbacée, la salvia splendens ou sauge rouge (sarubia, サルビア). (Photo 10)

Août

Plaque de Beppu les fleurs d'août

Au mois d’août (hachigatsu, 8月), les lagerstroemia indica ou lilas d’été (sarusuberi, サルスベリ) se couvrent de fleurs roses ou blanches et les tournesols (himawari, ヒマワリ) s’épanouissent au soleil. (Photo 11)

Septembre

Plaque de Beppu les fleurs de septembre

À partir du mois de septembre (kugatsu, 9月) on ne trouve plus d’arbre ni d’arbuste sur la moitié gauche des plaques. Ici, les fleurs du début de l’automne sont les lespedeza (hagi, ハギ) avec ses petites fleurs et ses feuilles trilobées, tandis qu’en face, on trouve les grandes fleurs rouges du canna (kanna, カンナ). (Photo 12)

Octobre

Plaque de Beppu les fleurs d'octobre

À Kysûhû, octobre (jûgatsu, 10月) est le mois de floraison des cosmos (kosumosu, コスモス). Sur la moitié droite on voit des fleurs blanches d’hibiscus mutabilis (fuyô, フヨウ). C’est à présent sur cette moitié qu’on retrouve des arbustes. (Photo 13)

Novembre

Plaque de Beppu les fleurs de novembre

Autres fleurs automnales, en novembre (jûichigatsu, 11月), on trouve les chrysanthèmes (kiku, キク) et une espèce de camélias, le camélia sasanqua (sazanka, サザンカ). (Photo 14)

Décembre

Plaque de Beppu les fleurs de decembre

Enfin, en décembre (jûnigatsu, 12月) on trouve le chou d’ornement (habotan, ハボタン) dont le cœur rosit à l’arrivée du froid et une autre espèce de camélias, l’emblématique camélia du Japon (tsubaki, ツバキ). (Photo 15)


Ces plaques ont été créées en 1991, trois ans après le début du mouvement Flower City célébrant les 70 ans de la Chambre du commerce et de l’industrie de Beppu fondée en 1929. Le mouvement Flower City était une initiative populaire visant à fleurir la ville en fonction des saisons. Ces douze plaques peuvent ainsi servir d’inspiration et de rappel pour les habitants.

À côté de toutes ces fleurs, les tiges de bambou sont également plus que de simples éléments décoratifs.

Le bambou de Beppu

Bouchon de Beppu - logo de la ville entouré de bambou
Photo 16 : Bouchon d’eau usée

Les tiges de bambou représentées sur les plaques de regard de chaussée de la ville de Beppu renvoient à la production de vannerie en bambou.

En effet, la région de Beppu a été propice au développement de cet artisanat. D’abord car la variété de bambou qui y pousse, le shinodake (シノダケ), est abondante et d’une grande qualité. Ensuite, car depuis des siècles les sources chaudes attirent de nombreux curistes qui achètent des ustensiles en bambou en souvenir de leur voyage.

La fabrication d’objets en bambou (takezaiku, 竹細工) a été modernisée grâce à la fondation d’une école professionnelle en 1902 puis celle d’un centre de formation en 1940. Elle finit par atteindre un tel niveau de raffinement qu’un maître de cette technique, Unsai Shônoshô (雲斎 生野祥, 1904-1974) est nommé trésor national vivant en 1967 avant que la vannerie en bambou elle-même ne soit classée au rang d’artisanat traditionnel (dentôteki kôgeihin, 伝統的工芸品) en 1979.

Pour finir, voici un bref aperçu de cet artisanat :


Sources et ressources

Photos : Perce-image
Photo 3 par Xavier Maire

Vidéo : Yakushin

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.