Chikyû Misaki, rencontre à Muroran

Si vous prenez le train entre Sapporo et Hakodate, vous passerez à proximité de la ville de Muroran, une ville industrielle du sud d’Hokkaidô. Sur une plaque trouvée en ville, nous pouvons voir, dans la moitié gauche, un bâtiment blanc surplombant une falaise verte et ocre. À moitié caché par la falaise, un soleil rayonne au-dessus des flots, à droite, et deux oiseaux volent dans un ciel bleu clair.

Plaque figurant le phare de ChikyuMisaki sur la falaise sur fond de ciel et de mer
Plaque vue à Higashi-Muroran

Sur la falaise

La plaque est usée mais les couleurs sont toujours visibles. Sur la falaise, on distingue trois caractères “地球岬” (Chikyû-Misaki), le “cap Terre”. Le bâtiment blanc est donc le phare hexagonal du cap Chikyû, de la péninsule d’Enomoto. Ce phare est entré en service en 1920 et a été automatisé en 1991. Au pied du phare, on peut aujourd’hui encore deviner l’emplacement des bâtiments d’habitation, comme on peut les apercevoir sur la plaque.

Ce phare est arrivé numéro 1 du classement des 50 plus beaux phares du Japon, en 1998 (Nihon no tôdai gojissen, 日本の灯台50選). Encore aujourd’hui, il guide les navires s’aventurant dans la baie d’Uchiura (内浦湾).

Le Cap Chikyû, au sud d’Hokkaidô

En haut de la plaque on peu lire “Fureai Muroran Attaka Rando” (ふれあい むろらん あったか ランド). Il s’agit de la devise de la ville qu’on pourrait traduire par “Rencontre avec Muroran, terre chaleureuse”.

Qu’y avait-il avant la Terre ?

Même si certains toponymes à Hokkaidô ont simplement été apporté par les colons japonais à partir du XIXe siècle, de nombreux noms tirent leur origine de la langue aïnou, celle du peuple qui vivait à Hokkaidô jusqu’à la colonisation japonaise. Ainsi, le nom de Muroran viendrait de “Mo Ruerani” (qui pourrait se traduire par “la petite route qui descend”) qui a ensuite évolué en “Moruran” à la fin du XIXe siècle avant de prendre son nom actuel, Muroran. Le cap Chikyû, quant à lui, s’est d’abord appelé “Po Ro Chikeue (qui pourrait se traduire par “la falaise des parents”), puis par proximité phonétique il a été appelé “cap Chikiu” (チキウ岬) et enfin “cap Chikyû” (地球岬).

Vue aérienne du cap Chikyû et de son phare

Sources et ressources

Photo : Perce-image
Vidéo : suga Channel

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.