Un combat poétique

Adachi, un quartier du nord de Tokyo. Sur certaines plaques de regard de chaussée qui égaient le trottoir, deux grenouilles s’affrontent telles des lutteurs de sumo, tandis qu’une troisième grenouille les observe en retrait. Des pétales de fleurs de cerisier flottent dans l’air.

Le sujet est déroutant, mais au centre de la plaque, quelques mots inscrits sur un écriteau devraient permettre de décrypter la scène.

Nous pouvons y lire : “Grenouille amaigrie ne te désespère pas – Issa est tout près” (yasegaeru makeru na Issa kore ni ari, やせ蛙まけるな一茶是にあり) ; signé : Issa. (trad.1)

Regard de chaussée vu à Adachi, représentant deux grenouilles luttant et un poème d'Issa gravé sur une pancarte
Regard de chaussée vu à Adachi, poème d’Issa Kobayashi

Qui est Issa ?

Issa Kobayashi (1763-1827) est renommé pour ses nombreux poèmes généralement considérés comme des haïku (forme poétique en trois vers de 5, 7 et 5 syllabes). Pourtant, parmi ses 20 000 poèmes, bien qu’une partie s’inscrive effectivement dans la tradition du haïku, certains ne respectent pas les recommandations esthétiques de Bashô ou Buson. Contrairement à ce que préconisaient ces derniers, ces poèmes s’attachent moins à l’instant et à la nature qu’ils ne décrivent les faiblesses humaines ou n’illustrent des moments de la vie de l’auteur.

Issa est originaire du village de Kashiwabara dans la province de Shinano. Sa vie fut marquée par la malchance et la misère, ce qui influença son œuvre. Vers l’âge de 15 ans, il part pour la capitale, Edo, puis effectuera de longs voyages à pied à travers le Japon, avant de revenir à la capitale en 1798.

Statue de deux grenouilles luttant. En arrière plan, le poème de Issa est gravé sur une stèle.
Pic.1 : “Grenouille amaigrie ne te désespère pas”, Stèle en mémoire de Issa Kobayashi, temple Entenji, Tokyo

En 1816, il compose deux poèmes que l’on retrouve sur deux stèles dans le temple Entenji, celui du combat de grenouilles et un autre faisant explicitement référence au temple Entenji du village de Rokugatsu : “Les cigales chantent ; Village de Rokugatsu, Temple du Ciel Brûlant” (Semi naku ya rokugatsu mura no entenji, 蝉鳴くや六月村の炎天寺). (trad. 2)

Un combat annuel

Chaque année depuis 1962, une cérémonie est organisée le 23 novembre, au temple Entenji, en mémoire d’Issa Kobayashi dont les deux poèmes que nous venons d’évoquer ont été inspirés par le village de Rokugatsu. Village qui a ensuite été intégré au quartier d’Adachi (1871) et à l’agglomération de Tokyo (1932).

Localisation du sanctuaire Entenji, quartier d’Adachi, Tokyo

Au cours de la cérémonie, deux lutteurs déguisés en grenouilles s’affrontent dans un combat de sumo en trois manches. En 2015, lors de la première manche, le public encourageait la grenouille amaigrie, mais celle-ci a été vaincue. Elle a pris sa revanche lors de la seconde manche. Pendant la troisième manche, le public a encouragé alternativement les deux grenouilles. Le combat a finalement été suspendu et remis à l’année suivante. En 2016, le combat s’est achevé sur un ex-aequo, chaque grenouille ayant remporté 2 victoires lors des 6 manches, remettant encore le combat à l’année suivante. Combat à nouveau reporté en 2017 en raison de la météo.

Pour les curieux, voici à quoi ressemble ce combat de grenouilles humaines :

Reportage en japonais présentant le combat rituel du “Issa matsuri”

Sources et ressources

Photos : Perce-image
Pic.1 : http://castle-in-spain.at.webry.info/200906/article_38.html

Les traductions des poèmes appartiennent à leurs auteurs respectifs, ici classés par ordre de citation des poèmes :
– Titus-Carmel Joan (trad.1), Issa Haiku, éd. Verdier, ISBN 2-86432-199-8
– Mabessoone L. (trad.2), Inventaire des stèle poétiques dédiées à Issa

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.