Sur la piste de Furano

Nous sommes de retour à Furano (富良野) au cœur de l’île de Hokkaidô pour une plaque sur laquelle on peut voir non-pas la mascotte de la fête du nombril mais un skieur qui survole une piste de ski figurée par de longues courbes, devant quatre sommets enneigés. Ce skieur porte un dossard sur lequel on retrouve l’initiale de la ville dont le nom est écrit en japonais en bas à droite (Furano, ふらの, en hiragana). Les deux drapeaux plantés sur la piste sont des portes utilisées en ski alpin.

La station de sports d’hiver de Furano est l’une des plus importantes stations toujours en activité à Hokkaidô, après celle de Niseko qui est située à l’est de Sapporo.

Plaque de Furano figurant un skieur
Plaque vue à Furano

L’arrivée du ski au Japon

La naissance du ski en tant que sport a eu lieu en Norvège et remonterait à 1769. Au Japon, le ski en tant que loisir et sport a, quant à lui, été introduit vers 1910 par le Lieutenant Colonel Theodore Edler von Lerch (1869-1945), lorsque ce dernier était au Japon pour former les troupes impériales. Une statue en bronze est même dédiée à Elder dans la station de ski de Kanayasan (département de Niigata) dont la mascotte reprend les traits de cet officier austro-hongrois qui skiait avec un seul long bâton.

Cette technique à un bâton et skis courts avait été mise au point par Mathias Zdarsky (1856-1940) dans les années 1890. Il avait pour ambition de permettre à n’importe quel skieur de se déplacer sans tomber même en cas d’obstacle et quel que soit le terrain et ainsi de faire plus facilement de l’exercice physique alors que les techniques norvégiennes emploient traditionnellement deux bâtons et des skis longs qui sont moins maniables dans les virages et étaient moins pratiques à équiper à l’époque. Précurseur du ski alpin, Zdarsky a apporté plusieurs innovations qui ont bénéficié à la discipline mais ce n’était pas suffisant pour que la technique Lilienfeld qu’il avait développé perdure.

En effet, en 1910, Georg Bilgeri (1873-1934) a défini le ski alpin comme une fusion entre le ski nordique à deux bâtons et la technique Lilienfeld dont le point fort est notamment l’utilisation de ski plus courts permettant des virages serrés et une meilleure maniabilité.

Ski nordique et ski alpin

De nos jours, comme lors des derniers Jeux olympiques de PyeonsChang 2018, il semble évident de voir des athlètes s’affronter sur les épreuves de descente, de super G, de slalom, de slalom géant et de combiné alpin. Néanmoins, à une époque, les seules épreuves de ski reconnues en compétition officielle étaient celles de ski nordique. Ainsi, lors de la première édition de ce qui allait être les jeux olympiques d’hiver, les seules épreuves de ski étaient le saut à ski, le ski de fond et le combiné nordique qui rassemble saut et fond, auxquelles s’ajoutait une épreuve de patrouille militaire qui devint le biathlon. Elles sont restées les seules épreuves de ski de 1924 à 1936 où le ski alpin a finalement été intégré au programme des Jeux olympiques grâce à l’acharnement de ses adeptes.

C’est d’ailleurs à partir de 1937 qu’on trouve des épreuves de ski alpin lors du championnat de ski du Japon (Zen-Nihon skii senshu taikai, 全日本スキー選手大会) ouvert en 1923 près d’Otaru, à l’est de Sapporo.

Localisation de la station de ski de Furano

La coupe du monde de ski alpin

Fondée en 1924 lors des premiers Jeux olympiques d’hiver, la Fédération internationale de Ski (FIS) a organisé la première coupe du monde de ski alpin en 1967. Sur la plaque que nous observons, c’est très certainement un slalomeur qui est représenté car entre 1973 et 2016 le Japon a accueilli des épreuves de slalom et de slalom géant de 20 éditions de la coupe du monde de ski alpin, dont la moitié a été organisée à Furano de 1977 à 1995. Les épreuves étaient organisées sur les pentes du mont Kitanomine (北の峰) l’un des deux domaines skiables de la station de sports d’hiver de Furano.

Dans cet extrait du slalom géant homme, filmé le 25 février 1977, on voit la descente du vainqueur, l’Autrichien, Hans Hinterseer. Il avait déjà remporté une victoire lors des épreuves de la coupe du monde de ski de 1975, également au Japon, à Naeba dans les Alpes japonaises.

F comme Furano

Pour les passionné de sport japonais, on retrouve un « F » majuscule sur les maillots d’une équipe de football dans la série Olive et Tom (Kyaputen Tsubasa, キャプテン翼). Cette équipe est appelée « Flynet » dans la traduction mais en réalité il s’agit de l’équipe du club de foot de Furano.

Episode 79 d’Olive et Tom où apparait l’équipe de la Flynet ou plutôt de Furano


Sources et ressources

Photo : Perce-image
Vidéo de la coupe du monde de 1977 : AP Archive
Vidéo de l’épisode d’Olive et Tom : Olive et Tom | Officiel

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.