Tomakomai, dans la vallée des chèvrefeuilles bleus

Nous restons à Hokkaidô avec une plaque sur laquelle on voit un hockeyeur de dos, casque sur la tête et crosse à la main, s’élançant sur la glace vers des montagnes, au loin, derrières lesquelles le soleil semble pointer. Le haut de la plaque est occupé par des feuilles et des fleurs, tandis qu’en bas on peut lire en lettres capitales le nom de la ville où se trouve cette plaque : TOMAKOMAI.

Tomakomai (Tomakomai-shi, 苫小牧市) est une ville portuaire située sur la côte sud d’Hokkaidô. C’est dans cette ville que vous arriverez si vous venez en ferry depuis Sendai ou Mito (près de Tôkyô). Vous pouvez également y passer si vous prenez le train qui circule entre Hakodate et Sapporo et qui passe à Muroran.

Localisation de Tomakomai

Le hockey au Japon

Le hockey sur glace a été introduit au Japon en 1915, quand l’équipement pour ce sport a été importé par Ryôzô Hiranuma (平沼亮三, 1879-1959), un amateur de sports qui, au cours de sa carrière, a présidé différentes associations sportives nationales et a permis l’organisation de nombreuses compétitions sportives à travers le Japon.

C’est dans les années 1920 que ce sport s’est établi au Japon, notamment grâce à l’organisation de rencontres sportives entre les grandes universités du pays, ce qui a donné naissance en 1930 à une compétition nationale, le Championnat du Japon de hockey sur glace. Après la guerre, un autre championnat a été organisé à partir de 1966, la Ligue japonaise de hockey sur glace avant de devenir la Ligue asiatique de hockey sur glace, depuis 2004.

Les Aigles de Tomakomai

En 1925, les ouvriers de l’usine à papier Ôji de Tomakomai (Ôji seishi Tomakomai kôjô, 王子製紙苫小牧工場) forment une amicale du hockey « Oji-eagle » (Ôji iiguru, 王子イーグル). Quelques années plus tard l’amicale change de nom et devient le club de hockey sur glace de la papeterie Ôji, mais l’équipe a conservé son nom, Oji Eagles. Lors de leur première participation au Championnat de hockey sur glace du Japon , en 1932, les Oji Eagles ont remporté leur première victoire. Par la suite, cette équipe a remporté sa première victoire lors du championnat de Ligue japonaise de hockey sur glace en 1966 et elle a gagné pour la première fois le tournoi de la Ligue asiatique de hockey sur glace en 2007.

Au total, les Oji Eagles ont remporté 13 fois le championnat de la Ligue japonaise de hockey sur glace. Ils ont été 2 fois vainqueurs du championnat de la Ligue asiatique de hockey sur glace et 36 fois vainqueurs du Championnat de hockey sur glace du Japon ce qui fait d’eux la meilleure équipe de ce championnat.

Plaque de la ville de Tomakomai figurant un joueur de hockey
Plaque vue à Tomakomai

La vallée des baies bleues

Nous aurons l’occasion de développer le sujet des emblèmes des villes japonaises dans un autre article. Cependant, il faut savoir que généralement les villes japonaises ont pour emblèmes une fleur, un arbre et un oiseau (shi no hana, moku, tori, 市の花・木・鳥). Certaines ont aussi un second animal emblématique et d’autres, comme Tomakomai, ont aussi une fleur d’arbre (shi no ki no hana, 市の木の花) sur la liste de leurs emblèmes. Ceux de Tomakomai sont l’iris (Hanashôbu, ハナショウブ), le sorbier du Japon (Nanakamado, ナナカマド), le cygne, mais aussi une variété de palourde d’Hokkaidô (Hokkigai, ホッキ貝) et enfin ce qui nous intéresse ici ce sont les fleurs du camérisier couramment appelé chèvrefeuille bleu (Hasukappu, ハスカップ).

Ces emblèmes ont été adoptés assez récemment. Les fleurs du chèvrefeuille bleu ont été choisies comme emblème le 27 septembre 1986. Cet arbuste est originaire de Sibérie, d’où il a été apporté par des oiseaux migrateurs. À l’état sauvage, il pousse principalement à Hokkaidô, dans la plaine de Yûfutsu (Yûfutsu-heiya, 勇払平野). Cette plaine mène vers de petites collines au nord qui la séparent de la plaine d’Ishikari (Ishikari-heiya, 石狩平野) où se trouve la ville de Sapporo.

La plus grande partie de cette plaine est occupée par la ville de Tomakomai, ce qui explique que le chèvrefeuille bleu a été choisi comme emblème municipal. De plus, les montagnes qu’on aperçoit sur la plaque représentent très certainement le Mont Tarumae (Tarumae-san, 樽前山) et les reliefs qui s’élèvent à l’ouest de la ville. On aperçoit même le soleil se couchant derrière.

Pour les gourmands et les jardiniers curieux

Le chèvrefeuille bleu peut résister à des températures allant jusqu’à -40°C. Il entre en floraison au début du printemps et produit des paires de petites fleurs blanc crème. Elles donnent ensuite de petites baies bleues longues d’environ 1cm, appelées camérises.

Autrefois réputées pour apporter la jeunesse éternelle, les camérises sont une spécialité de Tomakomai. Elles sont appréciées par les gourmands sous toutes leurs formes : entière, en confiture, en sirop ou dans d’appétissantes pâtisseries. Si vous souhaitez en faire pousser chez vous, jetez un œil à cet article du Jardinier Paresseux.



Sources et ressources

Photos : Perce-image

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.